samedi 24 avril 2010

"Si t'as les boules, tu vas à Rochessadoule."

Salut les aminches.

Pendant mes vacances, j'ai eu la chance d'être invité chez la Baldo family. Comme vous le voyez, les vignes caméléones se sont parées des couleurs du printemps.


Un des événements marquants de mon séjour (hormis la divine cuisine de l'hôtesse et la découverte d'un sèche-cheveux supersonique (*), aura été le deuxième Tournoi Intergalactique de Pétanque. En lice : les deux meilleurs joueurs de l'univers. Nommément, Baldo et Tonton. Lors du premier Tournoi, Baldo m'avait battu, et à la loyale.

Pour les plus curieux d'entre vous, voici deux sites où l'on trouve les règles du jeu de pétanque :
http://www.petanque-passion.eu/menu2/regles_1.php
http://www.fipjp.com/

Il se trouve que récemment, j'ai hérité de nouvelles boules. Ce sont des boules vintage, qui n'avaient pas servi depuis... presque trente ans.


... Ça y est, vous avez fait votre blague sexuelle sur mes boules oisives ? Bon. Je reprends.

Ces boules ont une grande valeur sentimentale pour moi. Alors : effet placebo ? Coïncidence ? Toujours est-il que dès les parties d'échauffement, j'ai remarqué une petite différence. Bon, déjà, ces boules pèsent 10 grammes de plus que mes autres, ce qui convient mieux à ma force physique hors du commun. Mais, surtout, je me sens beaucoup plus calme et décontracté que d'habitude. La concentration me vient en un instant. Oui, même en pleine blague pétomane destinée à me déconcentrer (sale type, va). Je laisse partir les coups, tranquillement. Je suis en paix avec les lois de la balistique.

Et ça se voit. Les trois boules près du cochonnet sont les miennes.

Baldo s'adapte aussitôt et monte d'un cran son niveau. Ça pointe et ça tire dans tous les sens. C'est Verdun, c'est Ronceveaux. C'est San Ku Kaï.
Mais que faire face à Tonton, quand il est en état de grâce ?

Pas grand-chose, les amis. Pas grand-chose. Regardez cette photo. Vous voyez, au fond, près de la petite flèche ? C'est ma boule. Jusque là rien d'extraordinaire, si ce n'est qu'on dépasse largement les six mètres réglementaires.

Mais voici la même chose, cette fois avec zoom.
Eh oui. Du premier coup. Sur terrain à gravillons déviants.

Je salue le courage et l'opiniâtreté de Baldo, qui ne s'est pas déstabilisé devant de tels prodiges, n'a lâché l'affaire à aucun moment et n'a perdu que de quelques points. Quelle trempe !

Matez-moi le fair play et la jovialité imperturbable du gonze :

Pour finir, je tiens à remercier mes sponsors.

Photos prises dans la même ruelle que celle de la pelle. Tavel, t'es belle. :)


(*) que tes cheveux se cramponnent désespérément à ton crâne, tellement ça souffle.



 
Share/Bookmark
Enregistrer un commentaire
 
Mto La Grand Combe