lundi 11 novembre 2013

Un soldat, un connu

Lui c'est Captain America. C'est un soldat, un connu.


Bon, ça c'est fait. Maintenant je voudrais partager une découverte avec vous. J'ai découvert, aujourd'hui seulement, que j'étais contre les jours fériés.

Ce matin j'ai voulu poster du courrier et déposer un chèque à ma banque : pas possible, c'est férié.

Toujours ce matin, trois boulangeries sur les quatre de mon quartier sont fermées. Laquelle reste ouverte ? Celle où l'on trouve du pain médiocre. Et en plus il y avait la queue, comme le montre la photo ci-dessous.


Et tout ça pour quoi ? Pour célébrer le fait qu'en 1918 un traité de paix a été signé, qui a mis fin à la Première guerre mondiale.

Je ne vois vraiment, mais vraiment pas le rapport. La fin de la guerre ça veut dire que les activités normales peuvent redémarrer, non ?

Paralyser toute une partie des activités d'un pays, ça n'aide pas, au contraire. Et ça ne ramène pas les poilus stupidement morts à l'époque. Quant au devoir de mémoire, on pourrait l'accomplir sans que le 11 novembre soit férié. D'ailleurs, le devoir de mémoire, hein... L'extrême droite se porte bien, il me semble, malgré toute l'info disponible sur la 2e guerre mondiale, le nazisme, comment c'est monté petit à petit en focalisant le mécontentement des maléduqués sur un groupe en particulier, etc. Si nous retenions les leçons de l'histoire, ça se saurait.

Je propose qu'on supprime tous les jours fériés (J'en compte 11, et vous ?). Oui, même Noël. Et que pour compenser la "perte" de repos des braves Français si travailleurs et donc fatigués, on ajoute le nombre correspondant de jours de congés. Donc de 5 semaines on passerait à 6, par exemple. On aurait ainsi le même temps de repos, sans la paralysie.

 





Share/Bookmark
Enregistrer un commentaire
 
Mto La Grand Combe